Carte blanche à Jean-Baptiste Leroux    
 

Jean-Baptiste Leroux

   
Passionn de jardins et de paysages et en particulier par l'oeuvre d'Andr Le Ntre, le photographe Jean-Baptiste Leroux a accept l'invitation du Conservatoire des jardins et paysages de livrer chaque saison un coup de coeur pour un jardin. Outre son regard particulier pour capter les belles lumires, il prend sa plume pour transmettre les motions ressenties dans des sites o il aime flner.

E-mail : jean-baptisteleroux@wanadoo.fr

© Mic Chamblas-Ploton


www.jbleroux.fr
 

Le coup de cœur de l'Hiver


Courances


Si Courances n’avait pas existé, je ne serais pas devenu photographe passionné de patrimoine historique. C’est dans ce lieu inspiré que mon intérêt pour les jardins à la française a commencé. Je passais une partie de mes week-ends à itinérer dans cet univers, charmé par l’ambiance du lieu et l’accueil discret et attentif de Jean-Louis et Philippine de Ganay. En effet, ce sont eux qui m’ouvrirent les grilles du domaine afin que je puisse m’y rendre au gré des caprices de la météo. Je fus récompensé par des moments inoubliables. Ici, le peigné et le sauvage, évoqués par Voltaire, s’équilibrent. L’apparente fantaisie du jardin anglo-japonais, créé avant 1914 par Berthe de Ganay, s’intègre parfaitement à l’univers paysager, tout comme le clocher de l’église du village se plaît à jouer les paysages empruntés. L’accueil s’est adapté avec délicatesse à la passion grandissante du public pour l’art des jardins. Avec beaucoup d’imagination, respectant le génie du lieu, Valentine de Ganay a su continuer l’œuvre de sa mère. Lorsque l’on se trouve au premier étage du château, l’on découvre le miroir et la perspective centrale. Trois siècles plus tard, l’œuvre est intacte.
Figure de style la plus émouvante du jardin, les Cascatelles, nappes frémissantes qui se découvrent au détour d’une allée, se font entendre avant de se faire voir. A Courances, l’eau court au fil du parc. Pas moins de quatorze sources donnent une vie musicale au site et alimentent ses canaux. Ne me demandez pas quelle est la meilleure saison pour découvrir Courances. Il faut s’y rendre selon son gré et observer les effets de la course du soleil. Dès l’arrivée, l’allée des platanes tricentenaires donne le la musical sous les effets du vent. Le trait du dessin domine et le jeu des miroirs nous fait planer tel un oiseau sur cette œuvre d’art intemporelle.

Si vous souhaitez en savoir plus :
    -    « Courances », sous la direction de Valentine de Ganay et Laurent Le Bon, Flammarion, 2003, 265 pages.
    -    Contact : 01 64 98 41 18, le week-end. Site : www.courances.net


Les photographies de Jean-Baptiste Leroux sont diffusées par l’agence photographique de la Réunion des musées nationaux : www.photo.rmn.fr

 
Cliquez sur les vignettes pour agrandir les visuels
 
 
 
 
www.jbleroux.fr
 
 
 
   
   
 
   
 
w