Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Le tiers sauvage, un littoral pour demain

   
Auteur : Eric Fottorino
Photographies - Illustrations : Aldo Soares
Editeur : Gallimard / Conservatoire du littoral
Date de dépôt : mai 2005

Le Conservatoire du littoral, dont le siège est situé dans la superbe Corderie royale de Rochefort (Charente-Maritime)au sein du jardin des Retours*, fête cette année ses trente ans. Cet organisme placé sous la tutelle du Ministère de l'écologie et du développement durable, a été créé pour assurer la protection définitive des espaces littoraux les plus remarquables et les plus menacés.
Dans ce dessein, il se porte acquéreur depuis 1975, d’environ 2500 hectares par an d'espaces fragiles ou menacés. Ensuite, il délègue la gestion à des partenaires (collectivités locales, établissements publics, associations). Il a notamment permis de sauver des jardins comme le superbe jardin Serre de la Madone* à Menton (Alpes-Maritimes), créé à partir de 1918 par sir Lawrence Johnston, afin de le soustraire à des spéculations immobilières. Au-delà des 860 kilomètres de côtes, le Conservatoire du littoral intervient autour d’une dizaine de lacs métropolitains (lacs d'Annecy, du Bourget) car le littoral ne s’entend pas uniquement « maritime ».
Le Conservatoire du littoral est aujourd'hui propriétaire de plus de 85 000 hectares soit 700 sites naturels ainsi soustraits à l'urbanisation. Ce livre préfacé par Erik Orsenna sous le titre de « Tiers sauvage » fait référence à l’objectif de préserver définitivement, d’ici 2050, un tiers des rivages de France et d’Outre-mer. Il présente dans le détail 16 sites emblématiques comme l’Ile de Tatihou à Saint-Vaast la Hougue (Manche) avec sa tour Vauban, la Pointe du Raz (Finistère), le bagne de l’île Royale (Guyane), la Pointe des Poulains à Belle-Ile (Morbihan) où le jardin et la propriété de Sarah Bernhardt doivent être remis en valeur Les jardins sont justement aussi évoqués comme les jardins de l'eau du Pré Curieux à Evian-les-Bains (Haute-Savoie) et, bien sûr, le domaine du Rayol, le jardin des Méditerranées au Rayol-Canadel (Var).
Les belles photographies d’Aldo Soares montrent notamment dans ce parc, où le paysagiste Gilles Clément a pris le parti de ne pas étiqueter les végétaux, des fragments d’écorce amassés au pied d’un eucalyptus, la lumière filtrée par les chaumes de la bambouseraie, un banc en marbre, un Photinia serrulata Au-delà des sites, c’est aussi un hommage à tous ceux ayant uvré depuis 30 ans pour protéger un patrimoine national. Pour en savoir davantage, se reporter dans cette même rubrique Internet à « Découverte n° 326-327 : Entre terre et mer, zoom sur le littoral » et « Les jardins du Rayol ».

* Plus d’informations
Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Jardin des Retours
Jardin Serre de la Madone
Domaine du Rayol, jardin des Méditerranées



Conservatoire des Jardins et Paysages / dcembre 2005

 
144 pages - 30.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w