Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Jardins de couleur, festival international des jardins 2009

   
Auteur : Sous la direction de Chantal Colleu-Dumond
Editeur : Domaine de Chaumont-sur-Loire
Date de dépôt : avril 2009

Elément incontournable du jardin, la couleur est la thématique retenue cette année pour la 18e édition du Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire* (Loir-et-Cher) se déroulant jusqu'au 18 octobre 2009. Blanc, rouge, jaune, vert, bleu, violet et même noir (Pierre Soulages et Henri Matisse affirmant que « le noir est une couleur ») sont ainsi à l’honneur dans le thème « Jardins de couleur ». Les nombreuses aquarelles, dont plusieurs de Fabrice Moireau, illustrant ce catalogue, ont ainsi la charge d’en restituer l’intensité, mais aussi la variété et les nuances. Le « domaine de Chaumont-sur-Loire, Centre d'arts et de nature » a pour but de renforcer en un même lieu la réflexion sur les jardins, le paysage et l'art contemporain. Cette année, le festival a invité des concepteurs et artistes réputés comme Patrick Blanc, Erik Borja, Simon Crouzet, Michel Racine, Béatrice Saurel, Christophe Cuzin et Christophe Robin. La première partie de ce catalogue les présentent, eux et leur travail. Ainsi, Patrick Blanc, docteur es Sciences, botaniste chercheur au CNRS est connu du grand public en qualité d'inventeur du fameux « mur végétal », justement popularisé depuis celui réalisé en 1994 dans le cadre de la troisième édition de ce festival. Cette année, il propose une structure végétalisée inédite dans la cour des écuries, née de l’idée d’une feuille de papier s’enroulant sur elle-même telle la fleur d’un arum. Erik Borja, sculpteur de formation, est un créateur français de jardins japonais et zen. Il a réalisé avec Simon Crouzet, responsable de la pépinière de la bambouseraie de Prafrance* à Générargues (Gard), le vallon du Dragon au sein de celle-ci. A Chaumont-sur-Loire, ils collaborent à nouveau pour créer un jardin dans le parc du château provoquant la sensation minérale, la couleur étant traitée grâce à la déclinaison de teintes de différents bambous. Michel Racine, architecte, paysagiste et conseiller pour la création et la valorisation de jardins et paysages culturels, auteur des « Guide des jardins en France, 1 tome nord » et « Guide des jardins en France, 2 tome sud », est associé avec l’artiste plasticienne Béatrice Saurel depuis 2006. Dans le sentier des Fers sauvages, grâce à des peintures à base de chaux et de pigments naturels, ils ont peint en rouge les troncs des arbres, rappelant les torii des jardins japonais. Le peintre Christophe Cuzin, considéré comme l’un des meilleurs coloristes, a réalisé « Etang donné » (jardin 19). Enfin, issu du monde de la mode et de la coiffure, Christophe Robin est « le » coloriste des stars, qui réalise avec la décoratrice florale Clarisse Béraud « Beauty garden » (jardin 10) dans lequel trois psychés sont respectivement dédiés aux rousses, blondes et brunes, un clin d’il à l’actrice Delphine Seyrig dans son interprétation de la fée des Lilas dans « Peau d’âne » de Jacques Demy (1970).

La présidence du jury du festival 2009, composé de 10 membres dont les paysagistes Louis Benech et Michel Péna, a été assurée par Michel Pastoureau, historien médiéviste, directeur d’études à l’Ecole pratique des Hautes études et reconnu comme spécialiste de l’histoire sociale des couleurs en Occident. Ce jury avait pour mission de retenir les lauréats parmi les 286 dossiers déposés pour créer un jardin sur le thème de la couleur. Ainsi, 24 jardins sont aménagés au sein d'une parcelle en forme de feuille de tulipier d'une superficie de 240 m2 et ceinturée par une haie de charme ou de hêtre. A la suite d’un bref historique de la perception des couleurs au sein des jardins et de la culture occidentale, d’un plan d’ensemble des jardins du festival, chacun d’entre eux est présenté sur deux pages avec son plan ou une perspective à l’aquarelle ainsi qu'un petit texte décrivant le jardin. Les listes de plantes, quant à elles, sont regroupées en fin d'ouvrage. Les paysagistes intervenant cette année sont originaires de France, mais aussi d’Allemagne, de Belgique, d'Espagne, du Japon et des Pays-Bas. Ils ont traité le thème de la couleur suivant les concepts de la monochromie, la peinture, la lumière, la teinturerie, les pastels, les camaïeux, les filtres, la littérature (poème « Voyelles » d’Arthur Rimbaud) toujours avec rigueur et parfois avec humour. Par exemple, la coloration est particulièrement bien illustrée aux travers des jardins 13 [« La halte des teinturiers » (Noémie Chevereau, Frédérique Michel, Dimitri Leduc, Frédéric Langle, Jean-François Clergeaud et Luc Meinrad)], rendant hommage aux plantes tinctoriales et aux couleurs qu’elles permettent d’obtenir, et 17 [« Lessive en fleurs » (Anaëlle Madec, Jean-François Madec, Clément Constantin et Clément le jardinier)] avec ses vêtements colorés étendus sur des cordes à linge permettant de passer d’une couleur à l’autre tout en valorisant des plantes tinctoriales dans un décor aux couleurs harmonieuses et dans lequel se dégagent une présence et des espaces successifs. D'autres concepteurs ont imaginé des jardins aussi symboliques, architecturés, ludiques ou graphiques mais toujours différents dans lequel la couleur n’est pas uniquement traitée par les fleurs ou les feuillages. Le cercle chromatique est par exemple la trame du jardin 25 [« Transposition » (Florimond Gauvin et Mathouta Vongphouthone)]. Quant à la paysagiste Florence Mercier, elle développe la couleur dans le jardin qu’elle a créé l’an passé, « Graines de conscience 2 » (jardin 6), lui permettant de « travailler sur les émotions, sur le ressenti que l’on peut avoir par rapport au végétal ». D’autres jardins à tendances monochromes ont plutôt choisi le bleu, le rouge, le jaune ou paradoxalement le noir ou le blanc. Comme chaque année, des idées intéressantes émergent comme le séchoir à joncs réalisé en plastique biodégradable [« La halte des teinturiers » (jardin 13)], le livre en bois [« Poème coloré » (jardin 18)], la toiture en demi-chaumes de bambous [« Dynamiques en ligne » (jardin 19)] ou les clôtures en branches de bouleau et brandes [« Pénombre » (jardin 20)].

Un dernier chapitre intitulé « Couleurs du temps » revient en détail sur quelques interventions spécifiques en dehors des parcelles du festival comme la terrasse du domaine, la serre de la ferme rénovée par Frédéric Pautz, le responsable du jardin botanique de la ville de Lyon (Rhône), mais aussi des spécificités techniques tels que des platelages colorés ou la micro-irrigation. Une page est aussi consacrée aux tableaux composteurs du plasticien Michel Davo, propriétaire de l’arboretum de la Martinière à Veigné (Indre-et-Loire). Ceux-ci mettent en scène le processus naturel de recyclage des matières organiques placées sous verre et constituant des sortes de « tableaux ». Enfin, pour la première fois cette année, 12 des 24 jardins sont éclairés la nuit, grâce à des leds. La page du catalogue consacrée à cette illumination est illustrée par deux photographies de la mise en scène organisée dans le jardin des plantes de Nantes* (Loire-Atlantique) par notre association en octobre 2008. Des photographies de ces mises en scène autant à Nantes qu’à Chaumont et deux films de TerreTv sur Chaumont la nuit sont d’ailleurs visibles sur notre site.

Pour profiter de ces jardins et événements, il suffit de se rendre encore jusqu'au 18 octobre 2009 au Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire et notamment admirer la richesse des associations végétales des massifs reliant les parcelles entre elles. Par ailleurs, est aussi conseillée la lecture du nouveau hors-série de Connaissance des arts, « Arts & nature 2009 au Domaine de Chaumont-sur-Loire » et de « Jardins créatifs Chaumont-sur-Loire, festival international des jardins 1992-2008 », référencés tous les deux au sein de ce même site Internet.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Parc du château de Chaumont

Bambouseraie de Prafrance

Jardin des plantes et jardin botanique de Nantes



© Conservatoire des Jardins et Paysages / juillet 2009

 
108 pages - 10.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w