Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Arts & nature 2009 au Domaine de Chaumont-sur-Loire

   
Auteur : Articles d’auteurs variés sous la direction de publication de Guy Boyer
Editeur : SFPA, collection « Connaissance des arts », Hors-série n° 409
Date de dépôt : 2009

Renforçant la réflexion sur les jardins, le paysage et l'art contemporain, le « domaine de Chaumont-sur-Loire, Centre d'arts et de nature » (Loir-et-Cher) regroupe en une même entité, le château, le parc et surtout le Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire et le Conservatoire International des Parcs et jardins et du paysage. Cette nouvelle institution propose ainsi des interventions temporaires d'artistes dans le parc, le château, les écuries et la ferme, témoignant de cet engagement pour la création contemporaine. Elles sont le fruit d’une exploration du lien entre l’art et la nature. Ce hors-série propose de découvrir les nouveautés de la programmation artistique de 2009. Dans l’introduction, Chantal Colleu-Dumond, directrice du domaine de Chaumont-sur-Loire, présente cette conjugaison entre art et nature complétant dorénavant le célèbre Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire*. Elle aborde la façon dont les artistes s’imprègnent de l’esprit du lieu et le montage des uvres par les équipes du domaine dont certaines sont pérennes à l’instar des deux « Toi(t) à terre » (2008) de Rainer Gross. Les pages suivantes reviennent en détail, à l’appui d’une iconographie, révélant les interventions des différents artistes invités, que ce soit cette année au sein du domaine ou dans d’autres lieux où ils sont intervenus au cours de leur carrière.

Ainsi, au sein du parc, sont proposées des balades artistiques dans lesquelles se découvrent les interventions de Nils-Udo, François Méchain et Erik Samakh. Après une formation en peinture, l’artiste plasticien bavarois Nils-Udo se dirige vers la sylviculture et la photographie. Figure majeure du Land art, il utilise dans ses uvres des matériaux modestes comme branchages, fleurs, feuillages, lianes, baies ou eau qu’il met en scène dans un décor choisi pour sa beauté naturelle. Communiquant avec la nature, il la respecte et lui offre son art. A elle de les effacer, de les digérer ou de les laisser vivre. Cette année, il réalise donc à Chaumont « Gulliver’s forest », intervention pour laquelle il a planté plus de 200 minuscules épicéas sous le grand cèdre du parc. Quant à François Méchain, qui se définit comme un sculpteur et un photographe, il considère le lieu comme primordial dans son travail. Pour Chaumont, il a conçu deux uvres en hommage à la beauté de la forêt (« L’arbre aux échelles »), mais aussi soulignant la violence qu’elle subit comme la déforestation (« L’arbre aux couteaux »). La première propose de découvrir un autre point de vue du monde grâce à 13 échelles de cordes suspendues à un arbre du parc et la seconde prend place dans le manège des écuries. Enfin, Erik Samakh est un « chasseur-cueilleur » de sons, reflets et lumière. Ses « Lucioles », installations solaires et nocturnes, au nombre de près de 300, s’allument depuis 2008 dans le parc dès la nuit tombée grâce à l’énergie solaire emmagasinée dans la journée. Cette année, il ajoute une installation sonore utilisant des enregistrements de la Loire sauvage.

Si le Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire a pour thème cette année « Jardins de couleur », des expositions y sont naturellement associées et ainsi une vague de couleurs enchante le domaine grâce aux artistes Deidi von Schaewen, Daniel Walravens et Luzia Simons. En Inde, des arbres sacrés (banyans ou pippals) sont peints et décorés de fleurs et d’offrandes diverses. La photographe allemande Deidi von Schaewen a toujours été séduite par les traces laissées par l’homme dans son environnement. Elle a découvert l’existence de ces arbres en 1986. Ses photographies « Arbres sacrés », imprimées sur de grandes toiles, sont adossées à des troncs du parc de Chaumont leur offrant ainsi de nouveaux coloris. Elle propose aussi une vidéo sur une cérémonie spectaculaire de la secte jaïn à Sravanabelgola (Inde). Daniel Walravens est peintre et auteur de nuanciers pour l’industrie. Depuis 1983, il s’intéresse en particulier au vert. Ainsi, dans la galerie du fenil (ancienne vacherie de la ferme), avec « De vert en vert », il propose trois manières d’appréhender cette couleur. Une frise de cinquante tableaux carrés monochromes compose un nuancier. Sur les mangeoires, il appose des étiquettes de verts différents et une liste de 500 noms de verts est dressée sous le vert d’une immense table. Une intervention dont l’objectif est de perdre le visiteur dans la couleur verte. La Brésilienne Luzia Simons a scanné des tulipes. Une fois agrandies, ses images sont d’une grande précision et d’un saisissant rendu pictural proche de celui des natures mortes flamandes. Quatre sont présentées au sein de la grange aux abeilles de la ferme.

Enfin, au sein de l’asinerie de la ferme, la galerie des écuries, celle du château et du parc plusieurs photographes exposent cette année : Jean-Louis Elzéard, Jacqueline Salmon, Rodney Graham, Dimitri Xenakis et Maro Avrabou. Quant à l’artiste grec Jannis Kounellis, figure majeure de l’art contemporain, il propose une installation monumentale occupant neuf salles du château qui étaient jusqu’à présent fermées à la visite. Elle est constituée de poutres, cloches, pierres, cordes, couteaux Grâce à une rubrique « repère », chaque artiste est présenté au fil des pages ainsi que son parcours et les galeries présentant ses travaux avec ses coordonnées. Ce hors-série s'achève par des informations pratiques revenant sur la localisation, les coordonnées, horaires et tarifs pour visiter parc, château et festival sans oublier les dates des manifestations des différents artistes cités ci-dessus, incitant ainsi à visiter ce domaine et, en particulier jusqu'au 18 octobre 2009, le Festival international des jardins de Chaumont-sur-Loire. Pour en savoir davantage sur ce domaine et plus particulièrement sur la 18e édition du festival, il est utile de se reporter à « Jardins de couleur, festival international des jardins 2009 », mais aussi à « Jardins créatifs Chaumont-sur-Loire, festival international des jardins 1992-2008 », référencés tous les deux au sein de ce même site Internet.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur le lien suivant :

Parc du château de Chaumont



© Conservatoire des Jardins et Paysages / juillet 2009

 
36 pages - 9.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w