Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

L’eau en forme et lumière

   
Auteur : Jean Max Llorca - JML Consultants
Editeur : ICI - Interface
Date de dépôt : juin 2007

Jean Max Llorca est un concepteur français de fontaines urbaines réputé à travers le monde, avec plus de 500 projets à son actif. Cette monographie bilingue (français et anglais) des éditions Ici interface présente une quarantaine de ses réalisations menées avec son équipe à Paris et à Barcelone (Espagne) où il a une agence. Outre la France, ses uvres se situent en Angleterre, Espagne, Koweït, Pologne, Portugal, Suisse Au fil de cette sélection, c’est en fait l’univers et le métier d’un concepteur de fontaines qui est dévoilé dont le fil conducteur est la maîtrise de l’eau. Au-delà des effets d’eau, une fontaine allie l’artisanat à la technique, l’art à l’expérience comme le démontre cet ouvrage. La présentation des réalisations de Jean Max Llorca au fil des pages s’accompagne de réflexions sur l’histoire de la fontainerie, le métier de fontainier et des valeurs s’y rapportant. En effet, depuis l’Antiquité, des ingénieurs se sont appliqués à comprendre et à maîtriser le comportement des fluides. Ce sont les règles et les calculs qu’ils ont édictés qui servent toujours au fontainier pour calculer et dimensionner canalisations et ajutages. Derrière un jet d’eau, une cascade, il y a des siècles de savoir-faire. Initialement prévues pour ravitailler en eau potable, prenant la forme de lavoirs ou d’abreuvoir, les fontaines d’aujourd’hui ont d’abord une fonction esthétique voire sensuelle. En effet, l’eau éveille nos sens. Son mouvement et ses effets fascinent, son bruit est réputé pour avoir, selon certaines études, des effets relaxants. Le bruit de l’eau dans un jardin le transfigure, elle est symbole de vie. Quant au toucher, le contact avec l’eau d’une fontaine est quasiment une évidence, sans parler de la fraîcheur qu’elle procure. C’est une réelle expérience de l’ordre de l’émotion quasi-universelle. Au fil des exemples, la diversité des jeux d’eau dans les projets d'aménagements de l'espace public urbain ou paysager montre combien ces éléments et événements y apportent fraîcheur et dynamisme en prenant des formes des plus diversifiées : jets d’eau, cascades, brouillard, canaux, lames, fil d’eau, nymphée, miroir

Les quelque quarante réalisations notables sélectionnées sont regroupées suivant trois parties traitant de l’éveil des sens, de la complexité d'un élément simple et de l’évolution conceptuelle des fontaines. Chaque projet est ainsi exposé avec une introduction liminaire précisant outre la nature de la prestation de Jean Max Llorca, qui en est le concepteur (architecte, paysagiste) et le client, sans oublier sa localisation géographique ni son année de construction. Sur les pages suivantes, de nombreuses illustrations (photographies, plans, coupes) légendées accompagnent une présentation détaillée de chaque site sur environ six pages. Ces explications reviennent sur le contexte, la commande, le concept, mais aussi la technique comme la notion primordiale du recyclage de l’eau.

Parmi les sites retenus au sommaire, figure le parc de Bercy* (Paris) animé par une grande cascade, des bassins, mais aussi à proximité du POPB (Palais Omnisport de Paris-Bercy) l’étonnant « Canyoneaustrate », sculpture de Gérard Singer (1988), dont le nom est né de la contraction des trois mots canyon, eau et strate. Se déversant sur quelque cinq mètres de profondeur dans le sol, elle n’est pas sans évoquer le paysage nord-américain. Toujours à Paris, le jardin du Moulin de la Pointe, réalisé par Latitude Nord (Gilles Vexlard et Laurence Vacherot) est à découvrir pour sa table d’eau, clin d’il à la mémoire de la Bièvre qui coulait auparavant en cet endroit. Un autre lieu à découvrir dans la capitale est le parc de la Villette* et en particulier les abords de la Cité des Sciences et de l'Industrie avec la fontaine-sculpture de Manolis Maridakis, le bassin de la Géode, les geysers, les cascades Le parc André Citroën* (Paris), quant à lui, possède denombreuses fontaines, mais aussi des nymphées et des coursiers (terme d’hydraulique désignant originellement un passage conduisant l'eau jusqu’à la roue d'un moulin) et surtout le célèbre péristyle d’eau dont les jets jaillissant directement du sol font la joie des petits et des grands. Ce principe a depuis été largement copié ou décliné. Autre aménagement également imaginé par le paysagiste Allain Provost, le parc Diderot* à Courbevoie (Hauts-de-Seine), situé au sein du quartier d’affaires de la Défense (Hauts-de-Seine), est à apprécier pour son exceptionnelle cascade si bien dessinée. D’intérêt ludique encore plus marqué, la pataugeoire du parc des Chanteraines à Villeneuve-la-Garenne (Hauts-de-Seine) remporte un réel succès dès l’été, constituant une véritable aire de jeux aquatique pour tous les amateurs de baignade et de fraîcheur.

En province, a notamment été retenu au sommaire le parc Théodore Monod au Mans (Sarthe) dû à la paysagiste Jacqueline Osty. Il est marqué par un axe d’eau déclinant différents aspects techniques : cascade, jets d’eau et bassins plantés de nénuphars. Si le parc de Gerland à Lyon (Rhône) est connu pour sa mégaphorbiaie (jardin linéaire luxuriant de hautes herbes rassemblant 300 types de végétaux) et l’illumination dynamique de son jardin chromatique (éclairagiste Laurent Fachard), il est aussi à découvrir pour son nuage. En effet, cette extraordinaire mise en scène est générée par de l’eau impulsée à très haute pression formant des microgouttelettes constituant un nuage sortant du sol. Etre fontainier est donc aussi être parfois poète, mais également artiste, comme en témoignent notamment deux collaborations avec la sculptrice récemment disparue Marta Pan (1923-2008) [place des Fêtes (Paris) et restructuration de la rue de Siam à Brest (Finistère)]. Les fontaines ont donc un rôle prépondérant au sein de l’espace public et des aménagements urbains à l’instar de places réputées comme celle de la Bourse à Bordeaux (Gironde) [Michel et Claire Corajoud - 2004-2006], celle de l’Eau au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis) [Bertrand Paulet - 2006] et la place du Nombre d’Or à Montpellier (Hérault) [2000] au sein du quartier Antigone dessiné par l’architecte catalan Ricardo Bofill.

Ce livre n’est pas qu’une collection de références bien vivantes, mais est aussi tourné vers l’avenir avec notamment le projet en cours pour l’EXPO 2008 à Saragosse (Espagne). En effet, dans le cadre de la prochaine exposition universelle dont le thème est « L´eau et le développement durable » Jean Max Llorca intervient sur ce site où les visiteurs pourront apprécier non seulement le parc métropolitain de l’Eau, mais aussi la « Tour de l’eau » par laquelle l’entrée à l’exposition se fera à travers un rideau formé de milliers de fils d’eau.

A la lecture de l’ouvrage, le lecteur amateur de fontaines apprécie l’iconographie de qualité prenant notamment en compte les vues nocturnes. En effet, la nuit les fontaines continuent parfois de fonctionner et le jeu de la lumière associé aux effets d’eau procure des visions différentes fidèlement restituées au gré des prises de vue. L’ouvrage se poursuit d’ailleurs par une galerie photographique représentant plusieurs autres réalisations parmi lesquelles La Roche-sur-Yon (Vendée) [sculpteur Bernard Pagès], Nanterre (Hauts-de-Seine) [sculpteur Doherty Lefevre], la cascade au siège social de GlaxoSmithKline à Marly-le-Roi (Yvelines), mais aussi des détails de locaux techniques pour voir l’envers du décor. Cet ouvrage s’achève par la biographie de Jean Max Llorca et la présentation de son équipe. Il est donc un hymne à l’eau dans toutes ses formes, qu’elle soit calme ou en mouvement et donc à la technique précisément rodée et maîtrisée par cette agence.

Il est à noter, également présentés sur ce site, deux autres ouvrages des éditions Ici interface liés au thème de la création paysagère, « Expression paysagère, création française » de Chien Chia-Ling et « Jardins créatifs Chaumont-sur-Loire, festival international des jardins 1992-2008 » de Sophie Barbaux.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Parc de Bercy

Parc de la Villette

Parc André Citroën

Parc Diderot



© Conservatoire des Jardins et Paysages / novembre 2008

 
264 pages - 39.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w