Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Jardins, potagers et labyrinthes

   
Auteur : Lucia Impelluso
Editeur : Hazan, collection « Guide des arts »
Date de dépôt : 2007

Dans la remarquable collection des éditions Hazan « Guide des arts », de grands thèmes sont développés à travers une analyse de l’art et en particulier à partir des œuvres de grands maîtres. Déjà en 2004, avec « La nature et ses symboles, repères iconographiques » (traduit de l’italien par Dominique Férault), l’architecte et experte en iconographie, Lucia Impelluso s’est lancée dans cet exercice analytique et descriptif. Cette foi-ci, dans un nouvel ouvrage, cette Italienne s’attache à dispenser des repères iconographiques afin de mieux percevoir le sens caché d'œuvres artistiques et les messages qu'ont laissés leurs auteurs, dans un texte restitué par la traduction française de Jacques Bonnet. Ces références au travers de l'histoire de l'art permettent de découvrir celle des jardins grâce à un classement en 9 chapitres présentant le jardin d'abord d'une manière chronologique puis typologique : jardins sacrés et profanes (Antiquité, Egypte, Grèce, Rome, islam...), les jardins de papes et de nobles (Renaissance), les jardins du roi (baroque, pouvoir, tulipomanie, rococo...), le jardin libéré (jardin paysager...), le jardin devient public Paris, Londres, Berlin et New York), les éléments du jardin (enceinte, potager, art topiaire, treillage, grottes, statues, labyrinthe, eau, parterres, fabriques, serres, ruines, pots...), vivre le jardin (vie quotidienne, travail, fêtes, activités, promenade, peinture...), les jardins symboliques (bois sacré, Paradis, Jésus, Marie, alchimie, philosophes, franc-maçonnerie, mort, méditation...) et les jardins littéraires (jardin des Hespérides, dédiés à Flore, à Pomone, à Vénus...).

Des fresques des tombeaux égyptiens jusqu'au jardin des Tarots à Garavicchio (Italie) de Niki de Saint-Phalle, à chaque fois, un thème est développé à l'appui d'œuvres caractéristiques sur lesquelles des commentaires se réfèrent à des points de détails attirant l'attention sur ce que lesdites œuvres apprennent ou dissimulent. Dans la marge, une fiche signalétique reprend les caractéristiques, la symbolique et des renvois à d'autres articles à consulter au sein même de l'ouvrage. Les pages suivantes approfondissent le thème avec d'autres tableaux. Ces images de référence (sujet, date et artiste) proviennent des plus grands musées du monde [musée du Louvre (Paris), musée Carnavalet (Paris), bibliothèque nationale de France (Paris), musée national du Moyen âge (Paris), musée des Beaux-arts de Rouen (Seine-Maritime), musée Condé à Chantilly (Oise), musée des châteaux de Versailles et de Trianon (Yvelines), bibliothèque des arts décoratifs (Paris), national Gallery de Londres (Angleterre), British Museum à Londres, musée du Prado à Madrid (Espagne), J. Paul Getty Museum à Los Angeles (Etats-Unis), Tate Gallery à Londres, musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg (Russie)...] et de collections privées. Pour chaque thème développé (les traités de la Renaissance, le jardin du pouvoir, le jardin « sublime », l'architecture de verdure, le labyrinthe, s'asseoir dans le jardin, l'Orient dans le jardin, la magie de l'arbre...), un texte présente avec précision les grandes lignes historiques et esthétiques (composition, effets de perspectives...), sans oublier les aspects techniques (irrigation, plantations, culture en pots, Machine de Marly, serres, chinoiseries...). Une synthèse du propos est, à chaque fois, présentée sur le chapeau de la page afin de faciliter une consultation rapide du guide. Cette iconographie prend en compte des œuvres ayant une importance capitale dans l’histoire des jardins à l'instar des fresques de Pompéi, des célèbres lunettes (tableaux en forme de demi-lunes) des villas Médicis peintes par Giusto Utens (1599) ou des toiles de Nicolas Poussin ou de Claude Lorrain. Des personnages clefs de cette histoire font des apparitions au fil des pages comme le poète Alexandre Pope, Humphry Repton et ses célèbres « Red books », Louis de Carmontelle, Joseph Paxton ou encore Gertrude Jekyll.

Les nombreuses œuvres représentées sont signées d'artistes réputés tels que Vecellio Titien, Pieter Bruegel l'Ancien, Jean de Bologne, Israël Silvestre, François Girardon, Jean Cotelle, Jacques Rigaud, Antoine Watteau, François Boucher, Jean Honoré Fragonard, Hubert Robert, Claude-Louis Châtelet, Pierre Joseph Redouté, William Turner, Jean-Baptiste Camille Corot, Claude Monet, Auguste Renoir, Vincent Van Gogh, Maurice Denis, Marcel Duchamp, Andy Warhol, Niki de Saint-Phalle… Certaines des toiles, sculptures et tapisseries choisies sont des plus réputées comme « La dame à la licorne » (XVe siècle), « Vue en perspective du château et des jardins de Versailles » de Pierre Patel (XVIIe siècle), « Louis XV enfant passe en carrosse en vue de l'abreuvoir et du château de Marly » de Pierre-Denis Martin (1724), « L'escarpolette » de Jean-Honoré Fragonard (1767), « Le bois des Bains d'Apollon » d'Hubert Robert (1803), « Les jardiniers » de Gustave Caillebotte (1875-1890), « Nymphéas blancs » de Claude Monet (1899)... La littérature est aussi très présente au fil des pages à l'instar des textes de référence issus de l'œuvre de Pétrarque ou de Dante ou encore de textes classiques comme « Le roman de la rose » de Guillaume de Lorris et Jean de Meung (1230-1275) ou bien même « Le songe de Poliphile » de Francesco Colonna (1499).

Sur un plan plus formel, l'iconographie se compose, outre des tableaux, de photographies contemporaines et plans permettant de retrouver, de découvrir et d'imaginer les états passés et présents de sites comme le fabuleux jardin créé par Robert d’Artois à Hesdin (Pas-de-Calais) et en Italie, le jardin de la villa d'Este à Tivoli, le Bosco sacro de la villa Orsini à Bomarzo (Italie), le parc du palais royal de Caserte (Italie) et le jardin botanique de l’Université de Padoue (Italie), classé au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO. D’autres jardins européens figurent au sein de cette iconographie comme le parc de Schönbrunn à Vienne (Autriche), le parc du palais Het Loo à Apeldoorn (Pays-Bas), le jardin Palatin à Heidelberg (Allemagne) ou le parc de Peterhof (Russie). Plusieurs jardins français ont servi de sujet ou de décor à de nombreux tableaux parmi lesquels le parc de Marly* à Marly-le-Roi (Yvelines), le domaine de Versailles et de Trianon* (Yvelines), le parc du château de Chantilly* (Oise), le domaine national de Saint-Cloud* (Hauts-de-Seine), le jardin du Luxembourg* (Paris), le jardin des Bosquets* à Lunéville (Meurthe-et-Moselle), le Désert de Retz à Chambourcy (Yvelines), le parc d’Ermenonville (Oise), dont la partie publique a pris le nom de « parc Jean-Jacques Rousseau* » de nos jours, le parc de Méréville (Essonne), le parc de la Malmaison* à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), le jardin des Tuileries* (Paris), le bois de Boulogne* (Paris), le jardin de Claude Monet* à Giverny (Eure)...

Afin d'utiliser au mieux cet habile et érudit décryptage d'une iconographie de référence, deux index (un premier d'ordre général et un second consacré aux artistes) facilitent l'utilisation de ce guide permettant de mieux assimiler les rapports, à la fois simples et complexes, entre l'homme et la nature au travers d'œuvres servant souvent de base aux historiens travaillant sur des projets de restauration.

Cet ouvrage a reçu, pour ses qualités d'analyse et de sérieux, en juin 2007 le Prix historique dans le cadre du « Prix Pierre Joseph Redouté 2007 »**.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur les jardins cités dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur les liens suivants :

Parc de Marly

Domaine de Versailles et de Trianon

Parc du château de Chantilly

Domaine national de Saint-Cloud

Jardin du Luxembourg

Jardin des Bosquets

Parc Jean-Jacques Rousseau

Parc de la Malmaison

Jardins des Tuileries et du Carrousel

Bois de Boulogne

Jardin de la Fondation Claude Monet

** Pour en savoir davantage sur ce prix décerné dans le cadre du parc du château du Lude (Sarthe), il suffit d'un simple clic sur le lien suivant :

Parc du château du Lude



© Conservatoire des Jardins et Paysages / novembre 2007

 
382 pages - 27.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w