Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Avec le Facteur Cheval

   
Auteur : Sous le commissariat de Josette Rasle
Editeur : Musée de la Poste, Paris / Ecole Nationale supérieure des Beaux-arts
Date de dépôt : mars 2007

Le Musée de la Poste (34, boulevard de Vaugirard - Paris) rend hommage, à l’occasion de l’exposition « Avec le facteur Cheval » se déroulant jusqu'au 1er septembre 2007, à l’un de ses plus célèbres facteurs et surtout à ses émules ou admirateurs (artistes, écrivains, photographes…). Le facteur Joseph-Ferdinand Cheval (1836-1924), aidé de sa « fidèle compagne » (sa brouette), a édifié durant 33 ans une construction hors du commun à Hauterives (Drôme) à base de pierres et de coquillages. Initialement appelée par son auteur « Temple de la nature », elle est dénommée « Palais idéal* » à la suite d'un poème du Grenoblois Emile Roux-Parassac venu visiter le site en 1904. Le Palais idéal du facteur Cheval classé Monument historique en 1969 par André Malraux, était considéré par ce dernier comme « le seul exemple en architecture de l'art naïf ». L'exposition revient dans la première salle sur le travail du facteur Cheval grâce à un timbre à 2,10 F de 1976, à des plans, à des dessins de Joseph Cadier (1896), à l'unique dessin retrouvé et dû à Joseph-Ferdinand Cheval (vers 1881), à des livres, des magazines, des cartes postales anciennes et notamment à une très belle maquette au 1/100 d'Alain Duperron mettant à l'honneur les maximes gravées par le facteur sur les différentes façades : « A cœur vaillant rien d'impossible », « Au champ du labeur j'attends mon vainqueur », « Travail d'un seul homme »... Les salles suivantes sont dédiées aux artistes inspirés par le célèbre facteur qu'André Breton qualifiait de « maître incontesté de l'architecture et de l'art médianimiques ». Des œuvres très diverses sont présentées (tableaux, sculptures, photographies, affiches, musiques, collages, assemblages de coquillages...). Deux films en noir et blanc consacrés au travail de Joseph-Ferdinand Cheval sont aussi diffusés en vidéo. Il s'agit de « Violon d'Ingres » de Jacques B. Brunius (1939) et « Le palais idéal » d'Ado Kyrou (1958). Les autres salles présentent des œuvres choisies des « poulains » de Cheval se nommant André Breton, Robert Doisneau, Etienne Martin, Pablo Picasso, Hervé Di Rosa, Niki de Saint-Phalle, Jean Tinguely, Jean-Jacques Milteau… Parmi ces œuvres, se remarquent notamment « Le facteur Cheval » (1937) de Pablo Picasso, « Hommage au facteur Cheval » (1977) de Martine Doytier ou l'assemblage de coquillages « Le roi imaginaire » (2006) de Paul Amar. Cette exposition permet de prendre en compte la valeur artistique du travail du facteur Cheval qui souhaitait que le public ait accès à son art comme le signale l'inscription gravée à l'angle de la façade nord-est du Palais « Défense de rien toucher », alors que paradoxalement les œuvres ici exposées, fragilité oblige, sont affublées d'une étiquette « SVP ne pas toucher ». Heureusement le catalogue de cette exposition permet d'apprécier pleinement le travail du facteur et son influence à travers les reproductions des plus de 200 œuvres présentées de ses émules à travers le monde. Pour en savoir davantage sur le Palais idéal, se reporter aussi à « Le facteur Cheval, un rêve de pierre » de Pierre Chazaud, également présenté au sein de cette même rubrique Internet.

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur le site mentionné dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur le lien suivant :

Palais idéal du facteur Cheval



© Conservatoire des Jardins et Paysages / mai 2007

 
160 pages - 20.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w