Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

La gazette Lorraine n° 63 : « Ville-sur-Saulx, son château et son parc »

   
Auteur : Articles d’auteurs variés sous la rédaction en chef de Florence Daniel
Editeur : CHATEL
Date de dépôt : 2006

« La gazette de Lorraine » est une revue trimestrielle consacrée au patrimoine et à l'environnement de cette région. Dans son numéro 63 (septembre 2006), elle comporte dans son sommaire notamment des articles sur les oiseaux migrateurs survolant la région, le musée des mines de fer de Lorraine et un supplément avec lunettes 3D offertes sur la guerre en relief. Si ce numéro est présenté ici, c'est en raison d'un article dans la rubrique « tourisme » sur le château et le parc de Ville-sur-Saulx (Meuse), connu sous le nom de parc du château Gilles de Trèves, notamment récompensé par l'attribution du label « Jardin remarquable », décerné depuis 2004 par le Ministère de la culture et de la communication sur des critères de composition, intégration dans le site, qualité des abords, intérêts botanique et historique, entretien, gestion... Ville-sur-Saulx est un village perché linéaire dominant la charmante vallée de la Saulx, ancienne frontière historique entre la France et la Lorraine. Après être passé sous la tour porche, le visiteur découvre la maison des champs (1555). C'est une bâtisse carrée au toit d'ardoises, de 20 mètres de côté, avec des échauguettes, des fenêtres alignées, et dont l'architecte présumé est Ligier Richier (v. 1500-1567). Des encadrés sur les caractéristiques de la Renaissance dans l'architecture du château et le mascaron au fronton de la porte de la façade principale (« Sylvanus », le dieu germain des forêts), précisent et facilitent la lecture d'un bâtiment ayant été préservé des modifications depuis sa construction jusqu'à nos jours. Gilles de Trèves (?-1582), doyen de la collégiale Saint-Max, chanoine cultivé, licencié en droit, garde des sceaux, homme de confiance des ducs de Lorraine à Bar-le-Duc (Meuse), a fait sa fortune dans les salines et carrières de la Saulx (« pierre de Saint-Dizier ») et grâce à son moulin à papier (la plus ancienne papeterie de Lorraine). C'est un passionné de botanique, plantant dans son parc des essences exogènes comme l'if. Cet enrichissement arboré se poursuivra au cours des différents propriétaires au fil des siècles comme les de Beurges à la fin du XVIIIe siècle, qui rapportèrent de la guerre d'indépendance américaine un tulipier de Virginie. Ce Liriodendron tulipifera bicentenaire est aujourd'hui une des curiosités de ce parc. L'actuel propriétaire, Didier Misler est un autre passionné. Il entretient le parc aux arbres rares, considéré par les spécialistes en la matière comme le musée des espèces lorraines autochtones. De nouvelles acquisitions permettent un enrichissement de ce patrimoine botanique : métaséquoia, cryptomeria, juniperus de Lorraine. Le potager est notamment à découvrir pour ses iris et ses pivoines, mais la fierté de son propriétaire est sans aucun doute la collection nationale de seringats à découvrir au moment des floraisons pour profiter de ses parfums ou lors du premier week-end d'octobre à l'occasion des « Automnales des jardins de Gilles de Trèves », fête de plantes avec horticulteurs, paysagistes et pépiniéristes.

© Conservatoire des Jardins et Paysages / décembre 2006

 
36 pages - 4.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w