Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Arts and crafts gardens

   
Auteur : Wendy Hitchmough
Editeur : V & A publications
Date de dépôt : 2005

Le mouvement artistique « Arts and crafts », littéralement « arts et artisanats », est un courant réformateur né dans l'Angleterre victorienne dans les années 1860 à 1910. Il est un peu l’équivalent britannique de l'Art nouveau français. Visant à réhabiliter le travail manuel tout en se réappropriant les techniques traditionnelles, deux figures de proue sont à son origine : le poète John Ruskin (1819-1900) et l’architecte, fabricant de meubles et d'objets d'art, William Morris (1834-1896). Les « Arts and crafts » ont remis au goût du jour l’émaillage, la dinanderie, la tapisserie ou encore l’ébénisterie comme le montrent plusieurs photographies de cet ouvrage. Réconciliant les beaux-arts et les arts appliqués, les motifs étaient inspirés du monde végétal et de la faune. Cette vague créatrice a eu aussi une importance considérable dans l’architecture et les jardins, grâce aux théories de l’Irlandais William Robinson (1839-1935), à l’uvre et aux écrits de Gertrude Jekyll (1843-1932). Ce livre en langue anglaise est consacré donc aux jardins créés à cette époque en liaison évidente avec l’architecture dont ils constituent un prolongement (vérandas, terrasses). Il aborde les origines du jardinage moderne, le retour à la nature, la définition du style « Arts and crafts », le sens du lieu et la vie dans un jardin. L’iconographie illustre fidèlement les éléments de décor de ces jardins : bancs en bois, fontaines, mixed-borders Des photographies en noir et blanc, sépias et couleurs ainsi que des plans reflètent les caractéristiques de la décoration de l’architecture : vitraux, mobilier, tissus. Parmi les uvres présentées, se remarque un dessin en coupe, de Philip Webb (1859), conçu pour le puits du jardin de Red house à Bexleyheath (Angleterre), la propriété de William Morris. L’iconographie met aussi en avant le travail de J. M. Olbrich caractérisé par des courbes et des lignes ondulées : pavillons pour la seconde exposition de l’artists's colony ou encore en collaboration avec Daniel Greiner et Ludwig Habich la fontaine murale à Mathildenhohe (1904). Au niveau des jardins conçus en harmonie avec les maisons, une place essentielle est réservée à la collaboration entre l’architecte sir Edwin Lutyens (1869-1944) et Gertrude Jekyll. Cette association a abouti à de remarquables sites notamment à Munstead wood à Godalming (Angleterre) où vivait Miss Jekyll dans une maison dessinée par Edwin Lutyens, et bien sûr au parc du Bois des Moutiers* à Varengeville-sur-Mer (Seine-Maritime). Le livre se termine par une liste d’idées de jardins à visiter en Angleterre parmi lesquels le jardin de Great Dixter à Northiam, celui de Hestercombe house à Cheddon Fitzpaine, celui de Hidcote Manor à Chipping Campden ou le jardin de Sissinghurst.

 

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur le parc cité dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur le lien suivant :

Parc du Bois des Moutiers



Conservatoire des Jardins et Paysages / novembre 2006

 
96 pages - 28.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w