Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Cimetières parisiens, pluriels & singuliers

   
Auteur : Christian Charlet
Photographies - Illustrations : Xavier Richer
Editeur : Equinoxe
Date de dépôt : septembre 2005

Les cimetières constituent un type de jardins particuliers. Parfois lieux de souvenirs pour certains, mystérieux voire angoissants pour d'autres, ils ne laissent jamais indifférents. Ils sont aussi des lieux touristiques soit pour leur paysage mais plus encore en raison de la présence de sépultures de célébrités. La capitale en possède vingt-six, qu'ils soient intra ou extra-muros. Christian Charlet, historien des cimetières auprès de la Ville de Paris et auteur déjà en 2003 de « Le Père-Lachaise, au cur du Paris des vivants et des morts » dans la collection « Découvertes Gallimard » (n° 441), rend hommage à ces lieux de mémoires parisiens en retraçant leur histoire au fil des siècles. Des remarquables photographies de Xavier Richer mettent en valeur des reflets dus au brillant de certaines pierres tombales, la statuaire, les visiteurs et les proches des défunts, venus se recueillir. Toutes les saisons de l'année ainsi photographiées mettent en avant le caractère naturel de ces jardins particuliers : rayons de soleil dans un ciel azuré, arbres en fleurs ou aux belles couleurs automnales de leurs frondaisons, tombes sous la neige... Nul doute que ces sites sont bien des lieux vivants, avec un charme particulier. L'histoire des cimetières parisiens commence par les trois témoins de l'ancien Paris jusqu’à l’Empire : les cimetières du Calvaire, de Picpus et de Saint-Germain de Charonne. L'architecte Alexandre Théodore Brongniart (1739-1813), créateur du cimetière du Père Lachaise*, a créé un modèle de parcs funéraires se retrouvant dans le tracé des cimetières de Montmartre ou de Montparnasse au sein duquel existe toujours un moulin du XVIIe siècle ignoré de beaucoup de Franciliens. Disparus en 1860, certains villages aujourd'hui annexés à la capitale comptent aussi des cimetières encore méconnus comme Bercy, Vaugirard, Grenelle, Passy, Auteuil, Saint-Vincent, Montmartre, Saint-Ouen, La Chapelle, Villette, Belleville et Batignolles. Sous Napoléon III et, à l'heure de Jean-Charles Alphand, de nouveaux cimetières sont créés en dehors de Paris : Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), Ivry (Val-de-Marne), Bagneux (Hauts-de-Seine), Pantin (Seine-Saint-Denis) et Thiais (Val-de-Marne). Enfin, les cinq cimetières de la banlieue de Paris sont mis en avant, à savoir Gentilly (Val-de-Marne), Montrouge (Hauts-de-Seine), Saint-Mandé (Val-de-Marne) et les deux de Charenton-le-Pont (Val-de-Marne), respectivement cimetière ancien et Valmy. Le dernier chapitre de ce livre est consacré à l'art funéraire car certaines sépultures sont de véritables uvres d'art, grâce à leurs sculptures, architectures ou vitraux. Les photographies de cet ouvrage sont là pour en convaincre.

 

* Plus d’informations

Pour en savoir davantage sur le jardin cité dans cette notice, il suffit d’un simple clic sur le lien suivant :

Cimetière du Père Lachaise



© Conservatoire des Jardins et Paysages / novembre 2006

 
160 pages - 45.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w