Biblio (certains titres référencés peuvent être épuisés en librairie)     
 

Paris villages n° 13 : « Le quartier Monceau »

   
Auteur : Articles d’auteurs variés sous la rédaction en chef de Remi Koltirine
Editeur : Le Réceptif français
Date de dépôt : 2005

Au parc Monceau*, entre les grilles et les arceaux, entre les fleurs et les moineaux sont les paroles dune chanson dYves Duteil, vantant le cadre enchanteur de ce lieu remarquable pour sa pyramide gyptienne, sa naumachie (bassin bord d'une colonnade corinthienne)...
Les promeneurs y apprcient son patrimoine arbor dont lrable sycomore de plus de 130 ans ou le platane d'Orient de 180 ans, tandis que les amateurs de sculpture sattardent devant le Monument Chopin (1906) de Jacques Froment-Meurice ou la statue mconnue, Le jeune Faune, de Flix Charpentier (1884).
Aprs le numro 11 (juin - aot 2005) avec un historique des jardins publics de Paris et le numro12 consacr lle aux Cygnes, tous deux galement prsents dans cette mme rubrique Internet, ce nouveau numro est, quant lui, ddi au parc Monceau. En effet, Paris Villages, le magazine du patrimoine parisien, poursuit sa rubrique consacre aux parcs et jardins de la capitale avec ce jardin et son quartier. Ce dernier est prsent historiquement puis au fil dune promenade. Etymologiquement lieu moussu ou petit pont, la plaine de Monceau est son origine boise, puis successivement agricole, viticole, terrain de chasse. Un hameau sy tablit au XVIesicle.
Son histoire volue considrablement avec lachat de terrains en 1769 par le duc de Chartres (futur Philippe Egalit) pour y difier la folie de Chartres. Cette proprit est agrmente dun parc conu par Louis Carrogis, dit Carmontel, et Thomas Blaikie. Lactuel parc Monceau, avec ses 82506m2, nen occupe plus que la moiti de la superficie dalors. Ce parc comportait de nombreuses fabriques (ruines, minaret, moulin hollandais, pagodes chinoises). Lhistoire est ensuite marque par lenceinte des fermiers gnraux en 1787, lexistence de la commune de Batignolles-Monceau de 1830 1860, les investissements des frres Emile et Isaac Pereire avec larrive du chemin de fer. Sous l'impulsion du baron Georges Eugne Haussmann, prfet de la Seine, le quartier est considrablement modifi et le parc Monceau prend forme selon les plans d'Adolphe Alphand, de Jean-Pierre Barillet-Deschamps et de Gabriel Davioud, lauteur des quatre superbes grandes grilles en fer forg dor.
Toujours dans lhistoire du quartier, un fait marquant fut le montage de la La Libert clairant le monde par Frdric-Auguste Bartholdi dans son atelier de la rue de Chazelles. En effet, ce quartier aujourdhui rsidentiel a toujours attir des personnalits et des artistes au nombre desquels Charles Gounod, Sarah Bernhardt, Guy de Maupassant, le chocolatier Gaston Menier, Caroline Otero (dite la Belle Otero), Marcel Pagnol ou encore Edmond Rostand ayant crit les vers de Cyrano de Bergerac au n2 de la rue Fortuny. La promenade dun peu moins de 3kilomtres dans le quartier est digne dun muse architectural de plein air, en raison de la qualit de ses htels particuliers des 8e et 17earrondissements.
De superbes difices sont mis en avant comme le btiment colombages du Conservatoire de musique au n8 de la rue Alfred de Vigny, la Pagode (1926) langle des rues Rembrandt et de Courcelles, lannexe nogothique de la Banque de France sur la place du gnral Catroux, les muses Nissim de Camondo et Cernuschi dont a eu lieu cette anne la rouverture aprs plus de trois ans de travaux, et bien sr, au sein du parc Monceau, la rotonde de Chartres due Nicolas Ledoux et difie sur lenceinte des fermiers gnraux. Comme chaque fois, les articles de Paris Villages sont tous aussi passionnants les uns que les autres.
Aussi, la rubrique coups de cur est consacre aux jardins partags. Il sagit de jardins crs sur des espaces publics, inspirs du concept des jardins familiaux, mais investis et appropris par des habitants sengageant dans une gestion de ces parcelles dans un mouvement collectif et responsable caractris par des efforts de crativit. Il y en a une trentaine au sein des diffrents arrondissements. Parmi ceux-ci se remarquent lImpasse des Oiseaux (3earrondissement), au cur du Marais et ouvert au public les week-ends de 10heures 18heures, celui au sein du jardin Catherine Labour (derrire lhtel Matignon dans le 7earrondissement), les pieds darbres verdis par une association dans la rue des Petites curies (10earrondissement), le talus du RER de la rue Thomas Francine (14earrondissement), le square du Chanoine Viollet (14earrondissement), les jardins du Ruisseau sur la Petite Ceinture (18earrondissement). Enfin est prsent le jardin solidaire, gr depuis le printemps 2001 par l'association du mme nom. Cette ancienne friche inoccupe de 2500m2 tait situe au fond du passage Satan (20earrondissement). Sous la houlette de son sympathique prsident dhonneur Olivier Pinalie, ce lieu tait devenu un vrai jardin de proximit populaire bas sur un mtissage des cultures, un soutien scolaire des enfants, des repas de quartiers et des sances de cinma en plein air. Hlas, il a dfinitivement ferm ses portes le 15septembre dernier. Le chapitre histoire, lapproche de la Toussaint, rend hommage au cimetire du Pre Lachaise*qui depuis son ouverture avait accueilli des spultures de clbrits telles Molire et La Fontaine afin de le populariser.
Depuis, ce plus grand espace vert intra-muros de Paris na cess daccueillir les tombes dillustres personnages.
Quatre guides ou confrenciers prsentent quatre dentre elles, leurs prfres: dHlose et Ablard, le pote romancier guatmaltque et prix Nobel de littrature Miguel Angel Asturias (1899-1974), Eugne Delacroix (1798-1863) et lacadmicien Jules Michelet (1798-1874). Pour ceux sintressant au site du Pre Lachaise, la lecture de cette revue peut se prolonger par celles de Promenades hors sentiers au bois du Pre-Lachaise, arbres et souches tumulaires de Pascal Payen-Appenzeller ou Le Pre-Lachaise publi par le Parisien, tous deux galement prsents dans cette mme rubrique Internet. Un autre article est ddi lhistoire de l'clairage depuis le Moyen ge jusqu' nos jours avec une intressante typologie des dcors et notamment des armoiries sur les fts des candlabres y compris au sein des jardins (notamment les lanternes des candlabres du jardin Robert Cavelier-de-la-Salle, 6earrondissement). De la chandelle au gaz, puis llectricit, Paris a bien mrit son nom de Ville lumire. Ce parcours rvle lorigine des expressions prendre des vessies pour des lanternes remontant Philippe V Le Long ou les aristocrates la lanterne la Rvolution.
Pour en savoir davantage, il y a lieu de se reporter aux pages de cette revue dvoilant aussi dans une nouvelle rubrique intitule histoire de l'architecture; un article est consacr aux caractristiques de l'architecture haussmannienne, d'ailleurs reconnaissable au sein du quartier Monceau. Elle est dfinie dans le modle urbain du baron Haussmann: sobrit, pierre de taille, balcons filants en ferronnerie, corniches, faades dcor sculpt, cinq tages Cette architecture ainsi codifie soulignait les perspectives de la capitale de manire harmonieuse et homogne.
Ce numro de Paris Villages dmontre encore cette fois-ci la richesse patrimoniale parisienne et suscite des buts de promenades culturelles mais galement dpaysantes.

* Plus dinformations
Pour en savoir davantage sur les jardins cits dans cette notice, il suffit dun simple clic sur les liens suivants:

Parc Monceau


Cimetire du Pre Lachaise



© Conservatoire des Jardins et Paysages / décembre 2005

 
64 pages - 3.00 €
     
   
   
   
 
   
 
w